Les Sorties du dimanche – Willy Ronis

Les Sorties du dimanche de Willy Ronis, texte de Noël Simsolo

Paris, ville à la beauté indestructible et où je me demande en tremblant s’il est vrai que je ne veux plus y vivre, où je m’embusque encore derrière mon appareil photo, au cas où… et le cas se produit toujours ; ville dont je m’enfuis enfin, car je sens que j’y laisserai ma peau. Willy Ronis

Un album photo couvrant 50 ans de dimanches passés à jouer, à rêver, à bronzer, à se baigner, à oublier le travail de la semaine. Sous l’œil habile de son appareil, Willy Ronis nous rend nostalgique de cette époque lointaine où l’on revêtait ses habits du dimanche pour célébrer comme il se doit ce jour de repos ; ou de cette époque un peu plus proche où l’on choisissait au contraire une tenue bien décontractée que l’on quittait avec joie pour se plonger dans la caresse d’une onde d’eau fraîche. Et l’on se demande alors … qu’ai-je fait de mon dimanche ? de tous mes dimanches ? En ai-je fait des souvenirs indélébiles de farniente au bonheur suspendu ? Ou bien les ai-je laisser filer sans les voir, trop préoccupée que j’étais par mon ordinateur, mon téléphone, mon travail, ma télévision ou mes heures de route pour partir en weekend à l’autre bout de la France sans voir que la beauté existe juste à quelques pas de chez moi ?
Tout autant que les magnifiques photos de Willy Ronis, le texte introductif de Noël Simsolo nous invite plus que jamais à oublier, juste un instant, de courir après le temps, pour pouvoir recommencer à profiter du dimanche.

Morceau choisi :

L’eau est le seul spectacle gratuit du pauvre ou de l’économe. Les plus paresseux, ou ceux qui sont encore fatigués des cadences de l’usine, aiment à s’endormir devant elle. D’autres y lancent leurs lignes de pêche dans l’espoir, souvent secondaire, d’en rapporter quelque friture. Certains y rêvent de légendes où des monstres marins, des petites sirènes et des scaphandriers se croiseraient autour d’hypothétiques baleines bleues, perdues entre le pont Alexandre-III et Notre-Dame.